Les Métacodeurs (nom provisoire)

 ——  Qui sommes-nous ?  ——  Le projet  ——  Les espaces de création  ——  Les espaces de discussion  —— 

—— Page en cours de construction...

NOUS, les Métacodeurs (nom provisoire), décidons de mettre à profit tous les outils de dernière génération pour donner corps à un projet entièrement nouveau, tenant compte aussi bien de la dernière forme de l'économie, que des nécessités qu'en tant que citoyens et acteurs de notre vie nous voulons voir dans notre appréhension politique de l'existence !  

POUR CE FAIRE, nous œuvrons à créer un objet de type nouveau, qui sera notre création par excellence.   Cet objet, s'il fallait le définir, se situe nécessairement à la croisée des chemins, à la fois objet économique, objet politique, et objet de hacking.   C'est par la mise au point de cet objet, et la façon dont nous délivrons cet objet, que nous prenons fait et site, et redevenons acteurs de nos propres vies.  

 —— # —— 

DE QUEL OBJET S'AGIT-IL ?

AVANT d'être en mesure de répondre à cette question, nous devons préciser qui nous sommes, ce que nous attendons du monde (= ce que nous désirons faire), et aussi comment nous comptons nous y prendre.   À partir de ce moment, la nature de l'objet à la fois économique, politique et hacker que nous souhaitons travailler deviendra claire pour tout le monde.  



BON BEN ALORS, QUI SOMMES-NOUS ?

NOUS SOMMES des artisans de concepts habitués à créer pour notre usage propre les outils qui nous permettent d'appréhender de manière autonome le monde, —— autrement dit : des concepts.   Oui... nous sommes... des intellectuels !  

CEPENDANT nous ne sommes pas coupés pour autant du mouvement vivant des forces productives, qui informent l'infrastructure et la Technique, et donc, nous nous réservons la latitude de réfléchir sur notre époque et notamment sur sa furieuse manie de tout confier à la moulinette techno-algorithmique.  

EN CLAIR, nous voulons penser la modernité.   Et « penser », de nos jours, ce n'est plus seulement s'isoler pour réfléchir dans son coin, ou bouquiner des livres, mais c'est aussi... agir sur la matière, l'informer, programmer !   Oui, nous avons ouï le chant mélodieux des claviers, et nous avons écouté ce que les hackers avaient à nous dire...   Nous nous sommes dit que ceux qui codaient prenaient d'une certaine manière, ou d'une manière certaine, leur destin en main, —— et nous pensâmes également qu'un tel sursaut d'autonomie n'était pas fait pour nous déplaire !  

PUISQUE DONC c'est le Hacker qui a pris sur lui une part importante du cheminement de progrès vers davantage d'autonomie, de pensée non aliénée, et peut-être de création tout court, —— puisque sa figure romantique est une des rare à porter de nos jours sans stigmate l'apparence debout de l'antique Geste de la Gauche, —— pour toutes ces raisons : nous nous disons qu'il serait intéressant d'être des intellectuels-hackers, ou des hackers-intellectuels.  



OK, MAIS ALORS, VOTRE OBJET, C'EST QUOI ?

PATIENCE, Petit-Scarabée, il n'est pas encore temps de le dire.   Tu dois encore lire ce qui vient avant d'être en mesure de bien le saisir, —— car tu dois comprendre notre problématique sise sur le plan économico-politique !  



BON OK, VAS-Y, ENVOIE L'ÉCONOMICO-POLITIQUE...

AINSI, posons clairement notre problématique.   Ce que nous voulons, c'est tout à la fois :

—— trouver une activité nouvelle qui nous permette d'expérimenter une forme d'autonomie politique, intellectuelle et culturelle 

—— exercer une activité qui puisse ouvrir pour nous, —— et peut-être pour d'autres si notre exemple fait tache d'huile ——, une perspective économique (c'est-à-dire un jour ou l'autre un revenu ou bien de quoi créer de la valeur)

—— explorer à fond l'espace paradigmatique que laisse entrevoir l'application du hacking à la sphère intellectuelle, et réciproquement 

—— nous réunir entre amis au sein d'un mouvement joyeux et vivant

—— être inventifs sur le plan du concept, ou du paradigme (d'où des espaces de création, et aussi des espaces de discussion) 

—— être maîtres de nos vies, tout de suite et avec le moins d'idéologie possible (mais se passer totalement d'idéologie est sans doute un mantra libéral trompeur)

—— explorer hardîment les conséquences d'une attitude questionnelle quant au donné


PUISQUE c'est cela que nous désirons hardîment, alors le type de structure que nous voulons impulser à notre usage propre est pas mal contraint par lesdites exigences.   Eh oui, grosso modo, nous pouvons dire que ce dont nous rêvons, c'est :

—— une sorte de société pas vraiment publique sans pour autant être secrète non plus, —— disons : discrète ——, dans laquelle une cooptation de confiance nous permet de reconnaître que nous tendons vers le même but (mais pas nécessairement par les mêmes moyens, et pas nécessairement non plus dans l'unanimisme)... [pour le côté discret, c'est parce que « pour vivre heureux, vivons cachés »]...  

—— ... et qui nous permette, via la structure informatique-web qui l'épouse, de nous rencontrer dans l'esprit de hacking qui est celui de mise au point des outils et du partage des connaissances/expériences...   

—— ... qui soit de par sa nature même un lieu où se mettent au point les objets abstraits qui sont au confluent du concept intellectuel, de l'objet économique, et de l'invention hacker...   

—— ... qui soit par conséquent un lieu de « travail » (même si ce mot déplaît), permettant une mise au point et un affinage par des outils qui sont eux-mêmes produits par les œuvriers, —— et qui sont peut-être même la première production de ces œuvriers ——, ...  

—— ... et qui ait la capacité d'innovation d'une entreprise, sans sa fermeture mentale;   —— ... la puissance d'action d'un groupe de militants, sans leur clôture émotionnelle, ni leur limitation intellectuelle;   —— ... et le naturel d'un groupe d'amis, mais avec un peu plus de sérieux dans son ambition (juste ce qu'il faut, l'« esprit de sérieux » est une chose vile).  



HA ! BON, MAIS ALORS C'EST KOI THE OBJET ?

MAINTENANT QUE tout cela a été dit, précisé, bien dit et bien précisé (eh oui, cette délimitation préalable du terrain était tout à fait nécessaire), nous pouvons en venir à l'objet que nous voulons mettre au point, et dont la nature découle nécessairement du type de structure que nous fondons :

CET OBJET, c'est du CODE !  

DU CODE, du code sur... tout...   Du code sur ceci, sur cela, sur la société, sur l'économie, sur la politique, sur le moindre aspect de l'existence, parce que penser en intellectuel-hacker, c'est faire advenir une pensée qui a aussi force agissante, ou une action qui a aussi force questionnante.  

DISONS DONC : du méta-code.  



JE NE COMPRENDS PAS...   DU CODE SUR QUOI ?   ET DU CODE DANS QUEL LANGAGE ?

DU CODE tout court !  

SI TU POSES ces questions, toi qui nous lis, c'est que tu n'as pas bien saisi tout ce qui précède...   Nous ne sommes *pas* des programmeurs...   Nous sommes des hackers, mais des intellectuels-hackers, c'est-à-dire que nous ouvrons la pensée de l'intellectuel au hacking, ou bien nous ouvrons (cela revient au même) le hacking à la pensée intellectuelle (si noble et pure soit-elle).  

ALORS, en quoi consiste notre activité, en somme ?   À ceci par exemple : établir des formalismes, des modèles, des algorithmes, des structures de données ou bien encore des méthodes, des gnoséologies, des modes d'appréhension, des pratiques, quant à... tous les objets concevables de l'univers...   Aussi bien ceux qui nous concernent de près (ceux avec lesquels nous vivons), que les autres, y compris ceux qui nous tancent de haut et se disent à l'abri des mains crasseuses du populaire.  

MAIS en quel langage formuler ces modèles informatiques, mathématiques, de data, de flows, de principes, de pratiques ?   Tout simplement dans le langage que nous créerons en même temps...   Logique, puisque le langage en question est lui-même un des objets de notre curiosité/activité, et donc, il fait partie des objets que nous allons créer...  

EN D'AUTRES TERMES, nous créons une foultitude d'objets abstraits mais calibrés, —— et parmi eux, nous créons le langage qui va nous permettre de les créer, car il est lui-même un objet abstrait mais calibré.  

 —— # —— 



OUH LA LA, ÇA ME FAIT MAL AU CRÂNE, CETTE HISTOIRE...

C'EST bon signe !  

IL FAUT en effet que notre projet, pour démarrer, ait en soi un certain degré de sophistication, —— degré qui a aussi cet avantage qu'il éloignera au début les jean-foutre et les curieux sans valeur.  

MAIS soyons plus précis : voilà comment on s'y prendra.  

ON DÉCIDERA par exemple de formaliser tel champ de l'activité humaine (nous pouvons préciser d'emblée qu'une telle formalisation n'a aucune raison d'être autoritative ni même unique... de nombreuses formalisations peuvent cohabiter, si bien que le projet ne se prête pas à une saisie tyrannique de l'existant)...   Donc, disons, par jeu nous entreprenons de formaliser un aspect du donné, et pour cela nous commençons par poser quelques formules qui en condensent certains aspects...  

CES FORMULES (qui ne sont pas nécessairement des formules mathématiques, physiques, chimiques, psychanalytiques ou ce-que-vous-voulez... mais peut-être juste des condensés d'écriture ou une sténographie de nos idées bouillonnantes), nous les stockons sur ce site, afin de les retravailler et aussi d'en discuter...  

NOUS AIMERIONS qu'elles soient déjà écrites dans un bon formalisme, mais quel est ce formalisme tant désiré ?   Nous l'ignorons nous-mêmes !   Nous devons donc inventer le formalisme en même temps que les formules, ce qui, avouons-le, est un peu fort de roquefort...!  

À CE STADE de notre exposé, si vous dites : « Ce que veulent faire ces gars est complètement dingue, mais BANCO ! », considérez déjà que vous êtes des nôtres (à la cooptation près).  



ATTENDEZ...   TOUT ÇA ME FAIT PENSER À QUELQUE CHOSE DE DÉJA VU...

EFFECTIVEMENT, nous ne prétendons pas à une innovation pure et brute sur une base de néant...!  

TOUT CELA a un air de déjà-vu, tout simplement parce que c'est l'application, à la vie de l'intellect, du mouvement général de prolétarisation-libéralisation de l'économie qui touche tous les secteurs économiques...!  

DE PLUS EN PLUS, la nouvelle figure de travailleur qui apparaît, lorsqu'à celle-ci se mêle prise d'autonomie, nomadisme et volonté d'agir, c'est celle du néo-entrepreneur ou auto-entrepreneur qui utilise des tiers-lieux (tels que FabLabs, lieux de rencontre, lieux de débats-créations, incubateurs), pour proposer un service qui reste au fond le bon vieux service d'antan, mais projeté selon l'axe d'un libéralisme individualiste qui laisse de la place à une certaine créativité.  

IL SE PEUT que cette relative autonomie ne dure que le temps que durera cette période de libéralisme individualiste, —— qui n'est peut-être qu'une transition de courte durée vers quelque chose de moins sympathique, comme une reprise en main du capitalisme de multinationales, une Uberisation monomaniaque ou encore une robotisation humanicide...   Dans tous les cas, nous entendons profiter de cette bulle qui se forme un instant pour rebondir, et créer quelque chose de franchement novateur...!  

ALORS OUI, il se peut qu'avec notre hackerisation de l'intellectualisme, ou notre intellectualisation du hacking, nous passions pour des fous, des allumés, (pire : des geeks), ou encore des sortes d'entrepreneurs bravaches qui sont en fait des suppôts du capitalisme (méga-LOL), mais en fait nous sommes juste des gens qui prenons acte du mouvement de l'époque, et qui anticipons sur ses développements à venir...  

NOUS en prenons bonne note, et nous utilisons THE paradigme poil-à-gratter de tout ça, à savoir, le hacking, pour compliquer ce qui sans cela serait trop simple, et introduire de la liberté et de la fantaisie dans une histoire qui autrement se jouerait sans nous !  

... JOIN THE ARMY ! (1) ...    

(1):   [on voit par cette apostrophe que les antimilitaristes que nous sommes ne sont pas pour autant des fétichistes du langage, comme les militants psychorigides et toutes les sortes de pauvres types qui estiment que, parce qu'ils défendent une cause, du coup certains modes d'expression leur sont tabous]   

—— Page en cours de construction...

QUELQUES LIENS pour commencer à œuvrer...

le Pad principal du groupe, pour débattre de la façon dont on initie le projet...  

le Pad de développement où nous pouvons commencer à nous entraîner à écrire/articuler/stocker quelques formules...   Par principe, on fait quelque chose qu'on ne sait pas encore faire, donc pas de panique, on a le droit d'écrire n'importe quoi au début, c'est même inévitable !   Donc, pas de fausse timidité, allez-y (mais dans la bienveillance et la collaboration autant que l'émulation et le ludisme).  

le sous-site Documentons qui permet de créer des documents plus complexe, avec une syntaxe due à Escape...   Et qui est aussi un lieu de discussion sauvage...  
Attention, il s'agit de DocumentationWiki, c'est-à-dire un projet ancien et qui servait un autre objectif...   D'où la présence d'autres vieux textes dessus, QUI N'ONT RIEN À VOIR avec le projet actuel...   Attention donc...  



/ Pour l'instant, c'est tout, c'est normal, c'est un peu le Far West et en plus le site vient de débuter... /  

—— Page en cours de construction...

Contact :